mardi 16 juin 2009

Nez Voyeur

Un jour, il y a de cela plus d’un siècle, des hommes en blouses blanches et longs favoris, ont réussit à créer, transformer puis isoler dans leur laboratoire quelques molécules un peu étranges. Le but était sans doute la recherche en général, mais comme il arrive parfois ces chimistes curieux ont remarqué en plongeant un nez circonspect dans l’éprouvette, que le petit reliquat dégageait une odeur qui sentait bon. L’humain redevient animal face à l’inconnu : il renifle…cette fois-ci la découverte fut plaisante. Le chercheur avait isolé la coumarine, à l’odeur douce de foin.
Bien sur l’homme prend tout son temps, et je ne saurais vous conter précisément comment, mais quelques années plus tard, la molécule chimique fit un saut de puce et se retrouva dans un flacon de parfum mêlé étroitement à des huiles naturelles, des baumes et des teintures. Voilà. C’était fait. La parfumerie moderne était née…

Les huiles essentielles et les matières premières naturelles qui existent depuis bien longtemps sont bavardes : elles chuchotent, piaillent, crissent parfois.
Le produit de synthèse est laconique et précis. Il ne s’encombre pas de détails, émet un seul son, et demeure fidèle jusqu’à sa dernière molécule.
La Synthèse mit un peu d’ordre dans la cacophonie débridée de tous ces parfums très Naturels, où chaque composant tentait de faire entendre sa voix, afin d’être le premier sous l’effet d’une caresse ou d’un courant d’air, à s’échapper d’une peau, d’une mèche de cheveux ou du mouchoir de monsieur. Les parfums des temps anciens sentaient un peu le tout et beaucoup le rien. Un peu d’ordre et de clarté et surtout, beaucoup de liberté est né grâce à la chimie.
Mais ça c’est une autre histoire…

En quelques mots je vous propose la chronique d’un nez.
Je suis parfumeur, chaque jour je créée des odeurs, pour votre douche quotidienne, ou pour vos soirées exceptionnelles lorsque vous désirez être unique et reconnaissable.
Vous ne le savez pas mais je fais partie de votre intimité, je l’accompagne en douce et souvent, je devine vos lendemains.
J’écris des formules à parfums, dans un jargon inaudible pour le profane, mais parce que la vie de tous les jours m’inspire des histoires en odeurs, et que la vie peut aussi se comprendre à travers nos odeurs, je vous propose une chronique odorante.
Un regard sur notre quotidien à travers mon nez.
Je suis un nez voyeur.

6 commentaires:

  1. J'ai mis du temps à lire ce premier "post" mais je le trouve très intéressant.
    Parce qu'il vous présente un peu plus mais aussi et surtout parce qu'il évoque de façon joliment imagée l'essence des différences entre naturel et synthèse.

    Il est vrai que connaissant un peu la chimie et la physique des molécules aromatiques, lisant les récits d'un nez professionnel on envie la clarté fidèle des matières de synthèse.

    En même temps je suis trop prudent à l'égard de notre amie la chimie pour accepter de lui confier ma peau. Elle me paraît trop dangereuse et trop extraterrestre sachant qu'aucune molécule aromatique volatile n'est sans effet (bon ou mauvais) sur celui qui l'inhale ou la porte sur sa peau.

    Et puis c'est peut-être en grande partie parce que je travaille 5 à 7 jours sur 7 dans de un air saturé de molécules odorantes naturelles mais depuis que j'exerce ce métier le synthétique me saute a nez d'une façon difficilement supportable dès que je le croise.

    Finalement entre les moments de découragement et de frustration qu'il peut y avoir à jouer les funambules aveugles avec ces matières naturelles, je trouve des joies à parvenir, souvent un peu à tâtons, à découvrir des assemblages harmonieux et stables offerts par dame Nature.

    Et puis, dans ce défi et ces limitations il y a tellement d'inspirations et de surprises à (re)découvrir que personnellement je vais continuer à refuser la claire liberté chimique...

    Sans pour autant vouloir offenser ou critiquer ceux qui font le choix de cette modernité qui reste de toutes façons inévitable dans bien des domaines de la vie quotidienne dans notre "monde moderne".

    RépondreSupprimer
  2. Hello!
    Eh bien moi, j'ai mis encore plus longtemps à entendre parler de ton blog, puis à le chercher et enfin à le lire... mais je te retrouve bien là!
    Ce premier texte me rappelle la discussion que nous avions eue sur la première de mes "tentatives de création" lorsque je te l'avais fait sentir!
    En tout cas, bravo... tes textes sont super agréables à lire!

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Cedric,
    Je découvre bien tardivement que tu as eu le courage de lire tous les posts. Merci!!
    Continue tes recherches sur le naturelle elle offre beaucoup de plaisir, c'est une grande bavarde, génereuse et surprenante !

    RépondreSupprimer
  4. Coucou Sabine,
    Et cela me fait penser que nous avons toujour un dej. qui nous attend !!
    Ah ! ces discussions sur la création ! Plus le temps passe et plus je me dis qu'il n'y a pas de règles mais seulement des possibles. ....et beaucoup, beaucoup, de travail !! :))A bientôt!

    RépondreSupprimer