mercredi 10 novembre 2010

Son & Image 1

Rayon CD et DVD.
Lettres modernes pour des odeurs vertes et aquatiques, de barquettes plastiques et de rondelles miroirs.
Oubliée, celle douce et sucrée du vinyle, de la chemise cartonnée, imprégnée du parfum des lieux, cuisine, cave ou garage.
Qui se souvient encore de l’odeur des bandes à cassettes qui se dévidaient inévitablement en pelote ?

Rayon T. V
Grands et gigantesques écrans. Odeur chaude et pointue des téléviseurs. Fragrance intemporelle ? Pas certain.
Dans mon enfance, le petit écran, comme on le nommait alors, diffusait des ondes olfactives proches du liquide vaisselle concentré, mélange de citron vert et de muguet précoce. Maintenant, la télévision sent presque la rose, très pâle et fanée. Évidemment, c’est le progrès : la température des composants lorsqu’ils fonctionnent, le matériau avec lequel les coffrages sont fabriqués, et les minuscules éléments électroniques ne sont plus les mêmes.
Étrangement, ce qui ne varie pas c’est l’odeur de la poussière qui adhère à l’écran et mijote doucement. Imperceptible lorsque nous en possédons qu’une seule, voile doux et tiède, léger et suranné, quand une dizaine d’écrans illuminent au même moment un espace clôt.

4 commentaires:

  1. Magnifique. Il va falloir composer un recueil.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour
    Ben je ne sais plus que dire...mais un silence peu exprimer davantage.
    Et c'est toujours agréable de lire de tels commentaires

    RépondreSupprimer
  3. tu vois, le recueil...

    sinon tu m'as donné envie de resniffer toutes mes vieilles bandes audio KY et super 8.

    RépondreSupprimer