jeudi 14 janvier 2016

La source


Enfant, je jouais dans le cours de son eau. Glacée, turbulente, elle m’emportait malgré les battements frénétiques de mes petits pieds jusqu’au jour où j’ai trouvé la force de repousser son flot. J’avais 10 ans. J’aurais aimé remonter le torrent à sa naissance, mais le lieu était tenu caché,  niché dans un domaine privé au bout d’une vallée encaissée.
Des années plus tard, à l’occasion des festivités de cette jolie rivière qui alimente la région en eau potable, je me retrouve, après trois heures de marche sur des chemins de cailloux bordés de cistes et de buis sauvages, au cœur de cette propriété.
Un petit étang informe festonné d’herbes floues marque la fin d’un jardin laissé à son état naturel.  Enfin, j’ai la réponse à ma question enfantine: d’où vient la rivière ? Où commence l’eau ? Mais fichtre quenouille, comme je suis déçue par ce que mes yeux contemplent !  Je cherche une manifestation évidente : une effervescence de minuscules bulles qui boursoufle l’étendue lisse et sage, un glouglou sonore et abondant expulsé exactement en cet endroit secret et intime où la montagne embrasse la terre, un ruissellement joyeux et bondissant qui jaillit du rocher en surplomb.  Rien d’aussi bucolique ou romantique….Je découvre l’immobilité silencieuse d’une grosse flaque olivâtre.
En revanche, je capte une multitude d’informations odorantes. L’eau à mes pieds possède un parfum incroyablement doux et lumineux. Je plonge la main dans l’onde inerte et la porte en coupe à mes narines. Aucun fragment olfactif de vase, de feuilles, de bois ou d’herbes en décomposition, aucun relent de mousse ou de moisissure. J’aimerais écrire que je découvre à cet instant une odeur de rien, mais ce n’est pas tout à fait vrai. L’eau glisse entre mes doigts tandis que je tente de capter toutes les particules odorantes. Mon nez, tel un tamis, absorbe, filtre, puis passe le relais à mon cerveau coupe-senteur. Une myriade de projections défile sur la toile de ma mémoire olfactive. Parfois, une étincelle s’allume et je trouve le mot, ou la phrase pour définir la fine molécule. Souvent, l’odeur m’échappe et retourne à la source avant que je ne puisse l’étiqueter. Je reste longtemps ainsi, accroupie au bord de l’eau à donner l’impression de me désaltérer quand je tente tout simplement d’irriguer mon flair. J’ai conservé une impression étrange du parfum de la source de la Siagne. Des couleurs aux tons pastel, entre gris diaphane et jaune éteint. Une sensation de peau de nouveau-née, douce et salée, un peu sale aussi. Une haleine de terre grasse, des notes de framboise et d’herbes fraîches, des relents de cailloux et de craies. Des éléments inattendus et épars, impossibles à emprisonner dans un flacon. Mais libres et virevoltant dans ma mémoire afin que dès que se présente l’occasion, j’en dépose un fragment dans une de mes formules.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire